Comparaison entre le sérum artificiel et le sérum de Quinton
 


Sérum physiologique artificiel


Sérum marin (de Quinton)


Composition:
 

 

près évaporation, on trouve:

7,50 de NaCI

 


après évaporation on trouve:

84 %      7,50 NaCl

16 %      27 corps décelables à l'état de traces

14 %      soufre, magnésium, potas­sium, calcium

1.99 %   brome, carbone, silicium, fer, azote, fluor,  phosphore, lithium, iode, bore

0, 01 %  arsenic, cuivre, argent, or, zinc, manganèse,  stron­tium, baryum, césium, rubidium, aluminium, plomb, cobalt


Effet:
 

Elévation de température (poussée thermi­que après une injection). Il s'agit d'une fièvre par injection de sel. Les Injections chlorurées provoquent invariablement une tendance à l'hyperthermie


les injections de sérum provoquent invariablement une tendance à l'hypothermie exceptés quelques cas iso­lés de légère hypothemlie de très courte durée

 la quantité de liquide sécretée par la rein est près du double sous l'iinjection marine qu'elle est sous l'injection chlorurée 

le nombre de molécules solides éliminées par le rein dans un méme temps est plus du double sous l'injection marine qu'elle est sous l'injection chlorurée


Dans les mèmes conditions:
 

 

les cellules rénales excrètent sous l'injec­tion chlorurée(1)

1 molécule Iiquide
1 molécule solide

 les cellules rénales excrètent sous l'injec­tion marine (1)

1,9 molécule liquide
2,1 molécule solide

Ce tableau démontre que l'eau de mer (sérum de Quinton) est bien différente du sérum physiologique artificiel.

(1) Md'après Ouinton. page 184 in L'eau de mer, milieu organique. éd. Masson. 1904, réédité en 1995 par éd. Encre (Paris)